Véritable carrefour ouvert sur l'économie du Sud-Ouest,

Pôle 21 est une terre d'accueil et d'excellence pour développer vos projets.

Véritable carrefour ouvert sur l'économie du Sud-Ouest,

Pôle 21 est une terre d'accueil et d'excellence pour développer vos projets.

Véritable carrefour ouvert sur l'économie du Sud-Ouest,

Pôle 21 est une terre d'accueil et d'excellence pour développer vos projets.

Territoires d'industrie : Gers et Tarn-et-Garonne ensemble pour soutenir 22 projets

photo Territoires d'industrie : Gers et Tarn-et-Garonne ensemble pour soutenir 22 projets

Jean-Louis Castell a accueilli hier, au siège de la CCLG, les membres du comité de pilotage local : de g. à d. Franck Montaugé, sénateur du Gers ; Guy Mantovani, président du PETR Pays Portes de Gascogne ; Jean-Miochel Baylet, président du PETR Garonne-Quercy-Gascogne et Raymond Vall, sénateur du Gers.

Retenus par le gouvernement comme Territoire d'industrie, le Pays Portes de Gascogne et le PETR Garonne-Quercy-Gascogne jouent groupé pour accompagner les projets industriels innovants.

 

Gers et Tarn-et-Garonne font cause commune pour le développement économique de leurs territoires. Retenus il y a 10 mois par le gouvernement parmi les 124 Territoires d'industrie qui bénéficieront d'une enveloppe globale de 1,36 milliard d'euros et d'un panier de services, les PETR Pays Portes de Gascogne (160 communes de l'Est du Gers, 72 000 habitants) et Garonne-Quercy-Gascogne (139 communes de l'Ouest du Tarn-et-Garonne, 133 000 habitants) ont rendu leur copie hier à Fleurance. Réunis au siège de la communauté de communes de la Lomagne gersoise, les élus des 11 communautés de communes concernées ont finalisé le programme d'actions pour la période 2019-2022. 22 projets (11 situés sur le PETR Garonne-Quercy-Gascogne, 11 dans le Pays Portes de Gascogne et un transversal commun aux deux Pays) seront présentés le 13 décembre devant la commission permanente de la Région Occitanie… car ce sont les conseils régionaux qui, en associant les communautés de communes et les industriels, pilotent cette nouvelle politique des «Territoires d'industrie» lancée en novembre 2018 par Edouard Philippe.

«Restons dans l'état d'esprit indiqué par le Premier ministre lors du conseil national de l'industrie, celui de la simplification et de l'efficacité. Quand on lance des politiques, il faut que celles et ceux auxquels elles sont destinées en voient la concrétisation pratique et rapide», réagissait Jean-Michel Baylet, président du PETR Garonne-Quercy-Gascogne. «On montre l'exemple en rassemblant les élus de 11 communautés de communes et 200 000 habitants. Et puis, nous travaillons main dans la main avec les entreprises», poursuit l'élu tarn-et-garonnais. Le sénateur du Gers Raymond Vall, élu référent territorial, souligne de son côté le caractère innovant des projets retenus. «Je citerais l'exemple de cette entreprise du 82 spécialisée dans l'industrie du froid. Elle est capable d'utiliser les produits stockés et de communiquer avec eux de façon à réguler leur conservation. Dans le secteur des services à la personne, on a retenu le projet d'une entreprise gersoise qui a mis au point une puce révolutionnaire capable de transmettre des réactions humaines.»

Raymond Vall a aussi évoqué un projet «extrêmement important» qui concerne le désenclavement numérique des entreprises avec l'opportunité de faire passer la fibre le long de l'itinéraire à grand gabarit (IGG).

Référent désigné par la présidente de Région pour le Gers, le sénateur Franck Montaugé a dit son souhait «que les dossiers économiques qui ne rentrent pas dans cette démarche des Territoires d'industrie puissent quand même être pris en compte. C'est important, en particulier pour tous ces territoires éloignés de la métropole.»

La fibre passera-t-elle par l'IGG?

D'ici 2022, avec la fin annoncée par Airbus de la production de l'A380, on ne verra plus de convois de pièces d'avion sur l'itinéraire à grand gabarit (IGG) qui relie Langon à Toulouse. Mais une autre opportunité se présente : un fourreau laissé libre pourait faire passer une fibre de très haut niveau au bénéfice des entreprises. Le sénateur Raymond Vall est en première ligne dans ce dossier inscrit parmi les projets de Territoires d'industrie. «Il faut absolument qu'on puisse obtenir de l'Etat l'autorisation d'utiliser ces fourreaux existants tout au long de l'IGG. Ce serait une formidable opportunité de désenclaver une grande partie du Gers, au-delà d'Auch.» Le parlementaire a déjà fait passer le message à la sous-préfète de Condom présente hier à Fleurance.

Source La Dépêche

 

Actualités

Maison Neels -charcuterie et élevage de porcs à Sempesserre

Jean-Marie Neels éleveur porcin dans le Gers à Sempesserre. Il a remis son travail en...
Lire la suite

Documentation

Accédez à toutes les documentations et supports de communication du Pôle 21.
Disponible très prochainement