Véritable carrefour ouvert sur l'économie du Sud-Ouest,

Pôle 21 est une terre d'accueil et d'excellence pour développer vos projets.

Véritable carrefour ouvert sur l'économie du Sud-Ouest,

Pôle 21 est une terre d'accueil et d'excellence pour développer vos projets.

Véritable carrefour ouvert sur l'économie du Sud-Ouest,

Pôle 21 est une terre d'accueil et d'excellence pour développer vos projets.

Une première session sur le cornichon bio à Fleurance

photo Une première session sur le cornichon bio à Fleurance

Mercredi, s’est déroulée la première session consacrée à la culture du cornichon bio. Un événement organisé conjointement par la chambre d’agriculture et la conserverie les Vergers de Gascogne, dont le projet mûrit depuis 2 ans au sein des ateliers de cette PME gersoise. Son ambition : relancer la culture de cette cucurbitacée dans le Gers, en structurant une filière reposant sur un partenariat pérenne entre les producteurs et Vergers de Gascogne, qui assurera la transformation des récoltes et la commercialisation auprès d’enseignes spécialisées dans les produits bios.

Pour ouvrir cette séance, Christiane Pieters, élue à la chambre d’agriculture, reconnaît que cette démarche arrive au bon moment. Aujourd’hui, les consommateurs s’informent et regardent les étiquettes avant d’acheter. Si elle reconnaît que cette culture, dont elle est familière, est très technique et nécessite des compétences, elle souligne que la demande existe et que des enseignes sont déjà intéressées.

Face à des profils variés, Lise Laporte-Riou, conseillère en agriculture biologique au sein de la chambre d’agriculture, rappelle que "le cornichon que vous consommez a plus voyagé que vous", car victime de la délocalisation.

Bruno Mattel, directeur des Jardins de Cocagne, a apporté son témoignage (lire encadré). L’association avait accepté l’année dernière de se lancer dans ce projet, en menant des essais avec certaines variétés sur une petite parcelle. Il reconnaît le caractère fastidieux de la récolte puisque deux passages peuvent être nécessaires chaque jour. A l’initiative de ce projet de relocalisation est Pascal Lafont, dirigeant des Vergers de Gascogne, mais également cofondateur et adhérent d’ASAN Bio. Son souhait est de rencontrer les personnes intéressées, de lancer les premières pistes de réflexion et de travailler, avec l’aide de la chambre d’agriculture, à structurer tous ensemble la filière et ainsi valoriser un cornichon bio, équitable et local. Cette démarche s’inscrit dans la suite logique des nombreux projets initiés par la PME fleurantine ces dernières années, qui, par le biais de sa marque Cap Bio, élabore des recettes aux légumes bios cultivés en France.

Source La Dépêche

Actualités

Restaurants : la vente à emporter

Avec les nouvelles mesures sanitaires, les restaurants qui font de la vente à emporter ont...
Lire la suite